Apprenons à nous méfier du pouvoir

L’affaire Benalla nous a montré un Président qui regarde le pays en surplomb, posture qui conduit les corps intermédiaires et les citoyens à se vivre comme quantité négligeable, voire méprisable.

Et le pays, c’est nous, les citoyens de base.

La légitimité politique est aujourd’hui contestable.

Dans sa manière de considérer les médias, les syndicats, le Parlement, les territoires, les élus locaux, dans sa façon de fragiliser le tissu associatif, d’humilier Jean-Louis Borloo, et de calomnier grossièrement les Bretons en parlant de “mafia bretonne”,  Emmanuel Macron tire sur la ficelle, toujours la même : je sais, j’ai raison, je n’ai pas besoin de vos conseils, et je vous emmerde.

Sa réforme constitutionnelle, destinée à reformater le Parlement, était déjà interprétée comme une volonté d’affaiblir la représentation nationale et son pouvoir de contrôle. Elle devait, avant d’être reportée, venir en débat au pire moment, dans un contexte qui ne peut que la rendre encore plus suspecte.

Cette pratique du pouvoir présente deux dangers. Elle offre une occasion et une force inespérées à ceux, et surtout à celle, qu’il avait brillamment vaincus, précisément en promettant une autre gouvernance. Et elle organise une concentration du pouvoir qui pourrait devenir problématique le jour où des forces autrement intentionnées s’en empareraient.

Il va falloir qu’Emmanuel Macron apprenne à compter avec les citoyens.

 

Claude Guillemain

Nous citoyens de Bretagne

About the Author

Claude Guillemain est également Président fondateur de Breizh 2004, mouvement fédéraliste breton et européen, et du Réseau des Bretons de l’Etranger - RBE - . Il est expert international en crédit rural et microfinance, consulting et conseil financiers, appui aux Institutions de Microfinance. Âgé de 72 ans, célibataire, six enfants. Diplômé en 1968, École Supérieure de Commerce de Reims (master en management). Ancien du Crédit Agricole, free lance depuis 1988, il a dirigé une entreprise de conseil en France, et a travaillé pour la Commission européenne comme expert à Bruxelles et au Malawi. Installé en Tunisie, il gère le RBE et BREIZH 2004. C’est un ancien membre de Strollad ar vro.